Revenir en Haut

Vercingétorix a massacré des Romains établis en Gaule. César veut les venger et punir les citées qui ont soutenues le Gaulois. Gergovie est la patrie de Vercingétorix.

Pour César, la première partie de son périple Gaulois de – 52 av JC se passe  entre :

          1er La vallée du Rhône sur la  frontière des Arvernes chez les Helves. (Haute Ardèche)

[7,8] VllI. César se rendit chez les Helves, quoique dans cette saison, la plus rigoureuse de l'année.

[7,8] VllI. //    César s'y fraie un chemin et parvient sur la frontière des Arvernes.

[7,9] IX.  //    Il aura soin de ne pas être absent du camp plus de trois jours. Les choses ainsi réglées, il arrive en toute diligence à Vienne, sans y être attendu.

César doit pouvoir, depuis le camp de Brutus, descendre à Vienne, récupérer des renforts puis, avoir le temps d'y revenir en moins de trois jours, à cheval bien entendu.

          2ème  Décize chez les Eduens. (Charolais, Bourguignons)

[7,33] XXXIII. César, ne voulant paraître enfreindre en rien ni leur droit ni leurs lois, prit le parti d'aller lui-même dans leur pays, et cita devant lui, à Décétia, tout le sénat et les deux prétendants.

Ce trajet dont on connait le tenant et l’aboutissant a été réalisé avant la grande bataille contre Gergovie. Quelque soit l’hypothèse retenue, il devrait y avoir un compromis concernant sa route.

          Mais pour cette année -52, je n’ai trouvé nulle part, un descriptif  du trajet de César cohérent entre son texte et la Géographie  Gauloise. On va essayer d’en tracer un avec l’aide du texte écrit par des seuls témoins de ce périple « La guerre des Gaules » et celui de Strabon (-64/+25), un Grec contemporain de cette époque.

D’abord un schéma depuis les textes;

'La guerre des Gaules' et la géographie de Strabon.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

          1) César avec la troupe de Brutus. 

[7,8] VllI. //    César s'y fraie un chemin et parvient sur la frontière des Arvernes.

[7,9] IX.  //    Il aura soin de ne pas être absent du camp plus de trois jours. Les choses ainsi réglées, il arrive en toute diligence à Vienne, sans y être attendu.

          Il ne parle pas du lieu de son départ avec Brutus, mais il parle de son but, « sur la frontière des Arvernes »Némossos est au cœur du pays Arverne ! ! ! Depuis ce camp, César doit être capable de decendre puis revenir de Vienne en trois jours.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

          2) César  ne reste  que 2 jours sur La frontière des Arvernes. 

NB: En aucun moment César parle d'être aller plus loin que sur la frontière des Arvernes.

Erreur d'interprétation pour certain ou malhonêtetée pour d'autres mais beaucoup d'historiens et tous les archéologues négligent systèmatiquement cette précision qui a son importance. César était sur place lui. Cherchez l'erreur. . .

          Pendant ces deux jours, il a vu que Vercingétorix n’était pas là. Il n'attaquera pas la citadelle mais établi un nouveau plan... Reprendre la direction des opérations, pour celà il faut attirer le Gaulois chez lui. 

[7,8] VllI. //    César s'y fraie un chemin et parvient sur la frontière des Arvernes.

[7,9] IX. Il (César) lui recommande (à Brutus)de pousser en tous sens et le plus loin possible des partis de cavalerie.

 [7,9] IX. Il quitta l'armée, sous le prétexte de rassembler des renforts et de la cavalerie. Il laisse le commandement des troupes au jeune Brutus.

          César et Brutus veulent que les massacres de populations aux alentours, attirent le Gaulois à Gergovie. Ils ne veulent pas prendre la cité sans son chef.

[7,9] IX. César ne s'arrêta dans le pays que deux jours, prévoyant le parti que prendrait Vercingétorix

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

          3)  Aller / retour à Vienne en trois jours. 

NB: César depuis son camp avec Brutus, parle d'un aller / retour à Vienne possible en trois jours.

Erreur d'interprétation pour certain ou malhonêtetée pour d'autres mais beaucoup d'historiens et tous les archéologues négligent systèmatiquement cette précision qui a son importance. César était sur place lui. Cherchez l'erreur. . .

[7,9] IX.  //    Il aura soin de ne pas être absent du camp plus de trois jours. Les choses ainsi réglées, il arrive en toute diligence à Vienne, sans y être attendu.

Un cheval peut parcourir 3 étapes de 20 km en une journée. Gergovie est donc à moins de 60 km à vol d'oiseau de Vienne.

          - César rentre seul à Vienne ;    1 jour de trajet   

          - Rassemblement des troupes ; 1 jour

          - César part avec 10 légions ;    1 jour de trajet. 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

          4) Objectif  "Lingons"

7/9 ; Il se rend à travers le pays des Édues chez les Lingons, où deux légions étaient en quartiers d'hiver : La route la plus courte pour passer chez les Lingons est ; le long de la Saône. Alors qu'il est pressé,César va la rallonger de 100km en passant chez les Eduens. Depuis Vienne, la vallée du Giers devient la voie incontournable pour ce trajet. Elle est le seul passage à travers les Cevennes ouvert toute l'année. Ce passage dessert commercialement les tribus des Arvernes, des Eduens et des Arémoricains. Cette entrave dans les Cevennes a permi le dévelopement de la ville de Vienne avant que Lugdunum lui enlève son prestige en devenant la capitale des Gaules.

Un jour après Vienne, il se retrouve bien à proximité de Brutus. (Sud plaine Forézienne).Lui a-t-il détaché des troupes sans aller le voir personnellement ? Certainement, il le lui avait promis ; [7,9] IX. César quitta l'armée, sous le prétexte de rassembler des renforts et de la cavalerie.

          César est au Sud des Ségusiaves. Il demande aux Eduens de prévoir des vivres. [7,10] X. Ayant donc engagé les Édues à lui envoyer des vivres.

          César prévient les Boïens de sa route. (Les Boïens sont localisés entre Loire et Allier) Depuis le Sud Foréziens, il va dans leur direction sans s’arrêter chez eux. Pour traverser le pays Eduen, il remonte sur la rive droite du fleuve,il envoie un message de soutien. [7,10] X. il fait prévenir les Boïens de sa marche et les exhorte à rester fidèles et à soutenir vigoureusement l'attaque des ennemis.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

          5) Deux  légions à Agédincum.(Sens! ! !)

[7,10] X. Laissant à Agédincum deux légions avec les bagages de toute l'armée, il se dirige vers les Boïens.

         Agédincum est ; Sens près de Lutèce, au  Nord Ouest du territoire Eduens qu’il va traverser. Les Lingons où, il se dirige sont eux au Nord-Est des Eduens.     

 

 

           Deux directions différentes. Sauf à mettre Agédincum à la place de Bibracte, César a certainement voulu dire ; 

- 7,10] X. Laissant partir à Agédincum deux légions avec les bagages de toute l'armée.

- 7,10] X. Laissant pour Agédincum deux légions avec les bagages de toute l'armée.

          Dans tous les cas, il est impensable que César soit allé faire un crochet de 500km pour aller poser deux légions près de Sens puis revenir chez les Lingons. Donc ils se sont séparés quelque part, autour du pays des Ségusiaves.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

5) Deux  légions chez les Lingons.

[7,9] IX. Il y trouve la nouvelle cavalerie qu'il avait envoyée depuis plusieurs jours, et sans s'arrêter ni de jour ni de nuit, il se rend à travers le pays des Édues chez les Lingons, où deux légions étaient en quartiers d'hiver.

          Ces deux légions qui stationnent en pays Lingons, il faut les retrouver. Le pays Lingon s’étend de Langres à Dijon pour son axe Nord Sud. Ce ne sont pas des camps d’étape, elles ont du laisser des traces dans le paysage. A Chassey le camp, il rencontre la première légion en quartier d’hiver. Cinquante km plus loin, c’est Montafrique gouvernée par Aelius Africanus. (Retenons son nom) Ce sont les deux camps de l’époque concernée les plus au nord que j’ai trouvé. Camps très intéressants car depuis la proximité de ces deux camps César donne un timing très précis de son déplacement Vers Cenabum. Qui dit timing précis dit distance précise.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

6) Vellaunodunum.

            1er... [7,9] IX.   Arrivé chez les Lingons, il dépêche des courriers aux autres légions (deux), et les réunit toutes avant que les Arvernes puissent être instruits de sa marche.

          César arrive à proximité de ces deux camps, il ne prend pas la peine de s’y arrêter,  Des courriers  demandent aux deux légions de le rejoindre direction Cénabum mais Vellaunodunum est sur la route. Il ne peut pas laisser des ennemis derrière lui, alors . . .

          2ème [7,11] XI. Le lendemain, étant arrivé à Vellaunodunum, ville des Sénons, et ne voulant pas laisser d'ennemi derrière lui pour que les vivres circulassent librement, il résolut d'en faire le siège, et en acheva la circonvallation en deux jours. Le troisième jour, la ville envoya des députés pour se rendre.

           Après la rencontre avec ses deux légions supplémentaire, Il marche un jour puis arrive devant Vellaunodunum. Il ne veut pas laisser des ennemis derrière lui. En deux jours, la circonvallation doit être possible. C’est donc une petite cité. Le troisième jour, reddition des Gaulois.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 7) Cenabum.

               [7,11] - se dirigeant vers Cenabum, ville des Carnutes. Ceux-ci, qui venaient à peine d’apprendre que Vellaunodunum était assiégé, pensant que l’affaire traînerait quelque temps, s’occupaient de rassembler des troupes pour la défense de Cenabum, et se disposaient à les y envoyer. Mais en deux jours César y fut. Il campe devant la ville, et, l’heure avancée lui interdisant de commencer l’attaque, il la remet au lendemain ;il ordonne à ses troupes de faire les préparatifs ordinaires en pareil cas, et, comme il y avait sous les murs de la place un pont qui franchissait la Loire, craignant que les habitants ne prissent la fuite à la faveur de la nuit, il fait veiller deux légions sous les armes.

             Attention, César parle de son temps de déplacement personnel, pas de celui de ses 10 Légions. Soixante milles soldats plus l'intendance représente, un convoi d'un minimum 30km s'ils peuvent marcher en deux files indiennes. Si, ils marchent sur quatre rangs, il faut se remettre sur deux colonnes à chaque pont de rivière. Le premier légionnaire commence à monter le camp d'étape du jour quand le dernier à partir est en train de finir de démonter celui de la veille.

           Donc César et son escorte peuvent faire Vellaunaudunum->Cénabum en deux jours. Précieux renseignement.

Mais quelle distance, une troupe de cavaliers pressés peuvent-ils parcourir? (wiki)

La distance; Vellaunaudunum->Cénabum est inférieure à 200km.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

7) Decize.

[7,33] XXXIII. Quoiqu'il crût préjudiciable d'abandonner la guerre et l'ennemi, cependant, comme il savait combien d'inconvénients entraînent de pareilles dissensions, il partit dans la crainte qu'une cité si importante et si étroitement unie au peuple romain, une cité qu'il avait toujours protégée et comblée d'honneurs, n'en vînt aux violences et aux armes, et que le parti qui se croirait le moins fort n'appelât Vercingétorix à son secours; et il voulait prévenir ce danger. Comme les lois des Éduens ne permettaient pas au souverain magistrat de sortir du territoire, César, ne voulant paraître enfreindre en rien ni leur droit ni leurs lois, prit le parti d'aller lui-même dans leur pays, et cita devant lui, à Décétia, tout le sénat et les deux prétendants. Presque toute la cité s'y rassembla; il apprit de quelques personnes appelées en secret, que le frère avait proclamé son frère, dans un temps et dans un lieu contraires aux institutions; les lois défendaient non seulement de créer magistrats, mais même d'admettre dans le sénat deux personnes de la même famille, du vivant de l'une ou de l'autre. César obligea donc Cote de se démettre de sa magistrature, et ordonna que le pouvoir fût remis à Convictolitan que, suivant l'usage de la cité, les prêtres avaient élu avec l'intervention des magistrats.

Une centaine de km entre Bourges et Decize. Trois étapes devraient suffire pour cette marche. Une petite bourgade entre Liger et Elaver, c’est Marzy, un autre Noviodunum. Les otages du début de cette campagne y sont enfermés. Mais on reparlera plus tard de cette citadelle, plus de détails sont donnés après la défaite Romaine de Gergovie. Ils nous informerons sur son histoire, sa géographie et sa géo-localisation.

César a récupéré des vivres à Avaricum. Il retraverse le Berry dont les villes ont été dévastées par Vercingétorix. Le Gaulois ne cherche pas le contact avec les Romains. Mais il va les suivre de loin, il ne s’est certainement pas arrêté le bord du Liger qui je le rappelle arrose Némossos à cette époque. César est donc chez les Eduens, sur la rive droite de l’Elaver. Vercingétorix, s’il veut connaitre l’objectif de son ennemi doit, soit le suivre de loin en terrain découvert, soit profiter de l’obstacle militaire que représente ici l’Elaver pour se rapprocher de lui.

Si la réunion de Decize tourne mal, il ne sera pas loin pour prendre le parti de celui qui refusera l’autorité de César.

          César est sur la rive droite, Vercingétorix sur la Gauche. Sans vouloir faire un jeu de mot, l’Elaver est un allié du Gaulois. En effet, la rivière, très profonde et large pose un problème militaire à César qui est de l’autre coté. Vercingétorix peut facilement le contenir sur l’autre rive. Tout ceci n’est pas écrit dans le texte de « BG » mais il est évident que Vercingétorix n’a pas attendu César 30km plus bas sur la rive Ouest du Liger pour l’accompagner à Gergovie en Limagne.

 

 

 

 

Pour en finir avec une incertitude.

Némossos - Liger - Strabon.

3. C'est dans le voisinage du Liger que sont établis les Arvernes : ce fleuve baigne les murs de Nemossus, leur capitale, puis il passe à Cenabum, principal emporium ou marché des Carnutes, dont l'emplacement marque à peu près le milieu de son cours, pour se diriger de là vers l'Océan où il se jette. 

Ci dessus, le texte de Strabon qui précise la situation Géographique de Némossos (clermont Ferrand) arrosé par le Liger (Loire). Son texte géne ceux qui veulent nous imposer un Gergovie à Merdogne.Evidemment, quand ça dérange, "c'est faut". Ils mettent en avant les quelques erreurs de sa géographie pour invalider la position de Némessos sur la Loire.  Mais si comme l'afirme Strabon, Nemossos était bien sur la Loire à cette époque, trouver Gergovie, une citadelle qui corresponde à 100% aux textes de la guerre des Gaules devient alors un jeu d'enfant. Suivez les informations de César et vous verrez. . .

Sur la table de peuthinger, (Xème sciècle) la Seine passe à Avallon....preuve que la toponymie a évoluée dans le temps.

 

Points bleus ; César.   .    Double flèche bleues ; périple Cévenole   

On peut constater qu’en -52 le tour de Gaule de César est très élaboré. Son plan est  clair. Il devait connaitre ce territoire sur le bout de ses doigts.

1)     Dans son périple Cévenole, à un jour de Vienne, César constate que Vercingétorix n’est pas à Gergovie. La citadelle Gauloise est étudiée pendant les deux jours qu'il est resté sur place. Il veut reprendre la direction des opérations. Il ordonne à Brutus de massacrer autour de lui pour attirer Vercingétorix et ses troupes à Gergovie.

2)     Il est persuadé de le croiser le long de la Loire. Deux légions montent sur la rive gauche et lui sur la rive droite. C’est pour ça qu’il choisi de ne pas de remonter le long de la Saône.

3)     Pas de Vercingétorix en vue, il envoie un message de soutien aux Boïens qui devront arrêter le Gaulois s’il passe chez eux.

 Deux légions continuent de monter à Agédincum et lui part récupérer celles qui stationnent chez les Lingons.

Pendant ce temps, on peut supposer grâce aux historiens du Velay, que Vercingétorix est descendu depuis Avaricum vers Gergovie par la route Thiers, Ambert, Usson en Forez. Il ne passera pas par Némossos où, les Arvernes l’ont chassé et exécuté son père qui voulait y prendre le pouvoir. Il massacrera Brutus et ses troupes à Champs Dolens. Puis il remontera par la même route à Avaricum pour organiser la défense du territoire.

4)     César récupère une première légion à Chassey le camp, puis une deuxième à Mont Afrique.

5)     Il doit venger les commerçants Romains massacrés à Cenabum. Sur sa route, il croise Vellaunodunum (Alise) dont il obtient  la reddition. Il réclame armes et otages.

6)     A Cenabum, pas de pitié, il massacre tout le monde par vengeance.

7)     A Noviodunum (Sancerre) la ville se rend, là aussi des armes et des otages lui seront remis.

8)     Première défaite de Vercingétorix à Avaricum. La ville est prise, pas de pitié pour les assiégés.

9)     César avec dix légions part à Décize où, les Eduens lui ont demandés d’arbitrer un conflit entre deux chefs.

10)  Il a négocié l’aide de troupes Eduens. Il a estimé qu’avec elles, 6 légions devraient lui suffire pour prendre Gergovie.

11)  Il donne quatre Légions à Labienus qui doit partir rejoindre deux autres stationnées dans le nord à Agédincum. 

 

 




texte de StrabonDe Decize à Gergovie










Version imprimable


Mon audience par Xiti