Revenir en Haut

Le texte de César

[7,36] XXXVI.  En face de la ville, au pied même de la montagne, était une éminence escarpée de toutes parts et bien fortifiée; en l'occupant, nous privions probablement l'ennemi d'une grande partie de ses eaux et de la facilité de fourrager; mais elle avait une garnison, à la vérité un peu faible. César, dans le silence de la nuit, sort de son camp, s'empare du poste; dont il culbute la garde, avant que de la ville on puisse lui envoyer du secours, y met deux légions, et tire du grand au petit camp un double fossé de douze pieds, pour qu'on puisse aller et venir même individuellement, sans crainte d'être surpris par l'ennemi.

César ne précise pas si 12 pieds est une largeur « latae » ou une hauteur « altae » Mais s’il parle d’une profondeur de 3,6m c’est impensable et excessif pour dissimuler des hommes. D’autant plus impensable que César demandera à ses légionnaires de « cacher enseignes et les décorations » et 3,6m correspond à deux hauteurs d’homme. Pour les enseignes, il suffit de les porter horizontalement et pas à la verticale. Le dessin ci dessous nous fait comprendre l’incohérence d’une hauteur de 3,6 m. C’est donc une « largeur » de tranchée de 12 pieds mais elle reste une énigme. Il faut chercher à  comprendre le but de César. 

 

 

Objectif N°1: Sécurisé le passage entre les deux camps.

 

Elles doivent permettre selon le texte de César, qui écrit dès son arrivé à Gergovie"double fossé de douze pieds, pour qu'on puisse aller et venir même individuellement, sans crainte d'être surpris par l'ennemi." 

 

Quand il écrit ceci, son plan d'attaque n'est pas encore élaboré. Ceci prouve que dans un premier temps ces tranchées ont eu un rôle de transfert. Comme on l'a vu au chapitre précédent, le passage d'un camp à l'autre doit se faire en toute discrétion. Dans une tranchée, la position est inconfortable si un ennemi vous y surprend. L'intérêt est donc la discrétion pour les  passages entre les deux camps.


 

Objectif N°2: Approvisionnement du petit camp.

          Le petit camp abrite deux légions (12 000 hommes) y compris sa cavalerie. Un homme actif à besoin d’un kilo de nourriture et d’un litre d’eau au minimum par jour. Vous multipliez le tout par 12 000 légionnaires et c’est une consommation de 24 tonnes qu’il faut monter au quotidien dans le petit camp. Il faut rajouter le bois pour les cuissons ainsi que le fourrage des animaux sur place. Trente tonnes de marchandise doivent passer au petit camp quotidiennement. Un char à bœufs ne peut trainer que 500 kg de marchandise. 

          Sachant que les Romains sont restés un mois avant de quitter Gergovie, je vous laisse imaginer le trafic intense qu’il y a du avoir entre les deux camps. Ce sont 900 tonnes de nourriture qui ont du être montés en haut de cette colline aux accès partout difficile pendant la durée du siège.

          Ces deux légions du petit camp sont sur une ligne de front permanente. L’approvisionnement devait se faire depuis le grand camp où l’intendance générale devait s’occuper d’alimenter les six légions ainsi que le contingent Eduen resté fidèle à César. 

          Seul des animaux de trait peuvent transférer autant de marchandises entre les deux camps. Les convois qui montent ne peuvent pas croiser ceux qui descendent dans une seule tranchée d’où l’impératif d’en creuser une deuxième. Des chars à bœufs ou des attelages de mulets ont du être mobilisés pour ces transferts. Ils doivent pouvoir passer d’un camp à l’autre sans que les ennemis ne les voient puis les attaquent. Si la charge est lourde, plus de 500kg ou si la pente est raide, ce sont plusieurs paires de bœufs ou de mulets qu’il faut atteler en convois pour y arriver. Un train de bœufs ou de mulets ne se mènent pas comme une brouette, il faut de la largeur et de l’aisance surtout si la tranchée n’est pas rectiligne. Trois mètre soixante parait être une dimension convenable pour le cahier des charges de ces tranchées d’approvisionnement du petit camp.

          Les convois qui montent ne pourront pas se croiser avec ceux qui descendent. D'où l'intéret de réaliser deux voies de circulation.

          Une voie Romaine ex : via Agrippa mesurait 23pieds elle permettait le croisement de deux voitures. Une tranchée de César mesure 12pieds. Il n'y a guère à parier que ses tranchées soient dimensionnées en fonction d’une largeur de chariot plus une marge permettant un peu d’aisance indispensable dans une tranchée.


 

Objectif N°3: Transfert de deux légions en toute discrétion dans le petit camp.

[7,45] XLV. Sur cet avis, César y envoie, au milieu de la nuit, plusieurs escadrons, avec ordre de se répandre dans la campagne d'une manière un peu bruyante. Au point du jour, il fait sortir du camp beaucoup d'équipages et de mulets, qu'on décharge de leurs bagages; il donne des casques aux muletiers, pour qu'ils aient l'apparence de cavaliers, et leur recommande de faire le tour des collines. Il fait partir avec eux quelques cavaliers qui doivent affecter de se répandre au loin. Il leur assigne à tous un point de réunion qu'ils gagneront par un long circuit. De Gergovie, qui dominait le camp, on voyait tous ces mouvements, mais de trop loin pour pouvoir distinguer ce que c'était au juste. César détache une légion vers la même colline; quand elle a fait quelque chemin, il l'arrête dans un fond et la cache dans les forêts. Les soupçons des Gaulois redoublent, et toutes leurs troupes passent de ce côté. César, voyant leur camp dégarni, fait couvrir les insignes, cacher les enseignes, et défiler les soldats du grand camp dans le petit, par pelotons pour qu'on ne les remarque pas de la ville;

au chapitre XXXVI Césr fait percer les deux tranchées. Au chapitre XLV il les utilise pour don plan de bataille.

Le texte de César se passe de commentaire, deux légions doivent en toute discrétion passer dans le petit camp sans que de Gergovie on puisse les voir. Les Gaulois s'attendent à une attaque de ce coté par deux légions, ils en auront trois sur le dos. La quatrième restera en réserve avec César pour protéger une éventuelle retraite qui malheureusement pour lui aura lieu.

 

 

Du coté de notre Gergovie national.

La double tranchée en est qu'une qui relie le petit camp de César, passe devant son grand camp direction Gondole....

Bizzare, Vercassivellonos cousin de Vercingétorix et de Luctérios apparaissent sur les oppida de le Crest, Corent alors que le texte de César ne parle pas plus d'eux que de tous ces nombreux oppida dans son texte concernant  la bataille de Gergovie....

La palissade au milieu du marécage de Sarliève me semble d'une efficacité défensive redoutable (lol)

Nemossos, métropole des Arvernes est la grande oubliée des Clermontois.

étude: clic sur image.


  




XXXVI-Le double fossé de GergovieLocalisation des deux tranchées










Version imprimable


Mon audience par Xiti